BORNÉO & ses caprices météorologiques

Avant même les premières lueurs du jour après une agréable nuit, réveil trompette du capitaine... « Le vent est au Sud Est... juste ce qu'il nous faut... A Bornéo, il faut saisir l'opportunité de pouvoir faire de la voile... alors on s'en va... »

Pour être à pied d'œuvre avant même que l'idée en ait atteint le cerveau, le marin est champion... et nous voilà donc partis dans les meilleurs conditions possibles.

Lady Anne glisse...

4 heures plus tard, après un pantagruélique petit déjeuner d'œufs, de fromage et de jambon cru fabriqué bateau... Au mouillage ou en mer, incontournable p'tit déj dominical, héritage de nombreuses années de charter en compagnie d'anglo-saxons.... voiles à contre, le vent a viré au nord ouest sans prévenir! Pani problème, le Nord Ouest, ça nous va bien aussi pour faire route au Sud Ouest. Quelle belle journée fabuleuse où Lady Anne déboule sur une mer plate... Nous nous faisions la réflexion qu'avec de telles conditions on pourrait faire le tour du monde sans s'arrêter.... Mais bon, c'est pas comme ça que ça marche aussi nous préférons nous imaginer en train de jeter l'ancre au crépuscule le long du littoral pour une nuit aussi paisible que la précédente et alléchés par l'idée que nous allions faire griller quelques poissons sur notre génial Baby BBQ, notre meilleur investissement Australien!

17h... malgré un ciel qui nous semble amical, le vent grimpe et grimpe encore... Pas d'orage en vue et pourtant.... 20, 25, 30... 35 nds... Lady Anne réduit ses toiles... en peu de temps la mer se creuse, devient difficile... le capitaine réduit encore et comme nous nous approchons dangereusement de la côte balayée maintenant par les vagues... sans abris et peu accueillante, virement obligatoire vers le large pour laisser passer cette crise météo... Le temps passe et la crise persiste suffisamment longtemps pour que, malgré une vitesse très réduite pour garder un peu de confort dans cette mer hargneuse, nous commençons à frôler les moustaches des plate formes pétrolières proliférant le long de Bornéo. Nous virons donc à nouveau et reprenons notre direction initiale vers le sud ouest. Le vent baisse légèrement, puis sensiblement, puis tellement que toute toile relâchée, rien n'y fera, sinon le rron-rron des moteurs qui nous accompagnera jusqu'à 4h du mat dans une mer croisée et agitée où espérer même se reposer quelques instants ne fait pas parti du programme de la nuit!

Nous remettrons alors à la voile et petit à petit la mer s'assagira pour une journée de navigation dirons nous correcte bien que lente, mais rendue difficile à cause de notre grande fatigue. Notre objectif... un mouillage en rivière pour la nuit à venir où mer plate est assurée même en cas de coup de vent violent assez commun la nuit sur Bornéo.

Oh que la nuit fut bonne... même pas un souffle de vent, pas une goutte d'eau... comme les jours se suivent et ne se ressemblent pas!... d'autant que la nuit suivante, Éole nous a remis ça, 40 nds comme de qui rigole, mais Lady Anne bien ancrée n'a pas bronchée.

Ces caprices météorologiques furent l'élément remarquable de notre escapade le long de la côte de Bornéo... Un coup de vent à 60 nds durant plusieurs heures nous aura surpris au large de Kota Kinabalu en remontant l'état du Sabah. Quant à la côte Est de Bornéo... des grains violents la nuit rendant les mouillages très difficiles. Déjà que les récifs offrent peu d'abris, les coups de vent, qui une nuit souffleront du Sud pour souffler du Nord la suivante ont rendu nos nuits stressantes et très entrecoupées. Et si par chance la météo nous laissait tranquille quelquefois, ce sont d'énormes troncs et branchages qui entrant en collision avec Lady Anne nous faisaient bondir!

Beaucoup trop de moteur, une météo très aléatoire, une mer poubelle... Si l'on rajoute tout ça à une destination qui « fut » certainement ce qu'en montre les brochures mais qui « n'est plus ». Le mythe de Bornéo est tombé... Beaucoup de chemin pour un ensemble assez décevant.