Malaisie, la côte est

Pendant que le détroit de Malacca subissait pluies et vents avec la mousson de sud ouest, Lady Anne s'est baladée 3 mois le long de la côte est de la Malaisie, tantôt dans des îles aux eaux claires, tantôt le long de la côte pour approfondir notre connaissance du pays, toujours multi ethnique mais nettement plus musulman que sur la côte Ouest.

Mais beaucoup plus sauvage aussi, la folie constructrice rencontrée de l'autre côté du pays ne faisant que ces premiers pas par ici... lentement mais sûrement!
Les îles par contre sont déjà bien rodées au tourisme, mais hormis quelques rares grands complexes hôteliers, le reste à été bati discrètement et en harmonie avec la nature.

Malgré le beau temps, la météo de ce côté n'a aucune logique, et le régime de vent faible dominant est régulièrement contrarié par des vents changeants et inattendus, et quelques orages nocturnes venant de n'importe quelle direction, ce qui a la fâcheuse tendance à rendre un mouillage des plus sereins totalement inhospitalier à 2h du mat! Lassés après plusieurs nuits éprouvantes, nous décidons de rejoindre rapidement le Nord du pays, espérant de meilleures conditions.
Et bien nous en a pris, nous pouvions enfin nous sentir en vacances! Fini les sautes d'humeur de la météo, fini les orages et en prime quelques îles enchanteresses et des escales côtières bien intéressantes.
Nous nous contenterons de deux îles Kappas et Redang, laissant les moins abritées et les plus touristiques de côté... et oui, plus très loin de la Thaïlande, les îles de Malaisie les plus proches de la frontière vivent un peu au même rythme que sa voisine avec son tourisme haut en décibel!
Nous y trouverons de jolies formations coralliennes, quelques poissons sympathiques, mais surtout et l'on ne s'en lasse jamais, des jardins de tortues jusqu'à plus d'1m d'envergure jusque sous le bateau.
Et c'est bien le premier endroit que l'on ait rencontré au monde où les tortues n'ont pas besoin d'être parquées pour être préservées!

Quant à la côte, ce n'est quasiment qu'une immense plage de sable blanc, entrecoupée de caps et d'embouchures de rivières où sont établies les principales villes et villages 100% pêcheurs. Comment peut il encore rester la moindre sardine dans cette partie de la mer de chine sur pêchée. Quoiqu'il en soit, 3 mois de pêche à la traine n'ont pas ramené le moindre gobie à bord de Lady Anne et c'est sur les marchés locaux pourtant très achalandés que nous nous approvisionnons.

Nous avons vécu la côte Est au rythme du ramadan (mi août/mi septembre) qui contrairement à ce que nous avions connu en Indonésie l'an passé où la vie s'arrêtait et les mosquées hurlaient, s'est avéré beaucoup plus agréable. Disons même festif car le jeûne hebdomadaire se terminait tous les soirs par de grands pique-niques dans les jardins publics au milieu de stands de nourriture et à l'exception de la restauration qui est fermé à midi, la vie pendant le ramadan ici continue comme à l'accoutumée.
Et fait non moindre, le muezzin se contente de quelques vocalises, mais persiste peu dans son désir d'empêcher tout le monde de dormir!

En bref, tranquille promenade en mer de Chine hors des routes habituelles où peu de bateaux s'aventurent. Rien de grandiose pour les navigateurs par ici (mais ça c'est notre point de vue après plus d'un demi tour du monde!), ce qui ne veut pas dire que ce ne soit pas joli, car ça l'est vraiment dans le genre tropical pour les îles et dépaysant pour le continent et nous sommes contents de l'avoir fait. 3 mois c'était un petit peu trop par rapport à la taille du terrain de jeu à découvrir, la moitié aurait permis d'en voir autant.
Voilà, nous allons bientôt nous envoler pour le Vietnam, toujours à l'affût de parcourir le monde et fin novembre Lady Anne retrouvera ses plus fidèles compagnons de voyage vers de nouveaux horizons, les îles de l'océan Indien.

Bises et amitiés
Pascale & Patrick

Pour retourner au récit photos : La côte est de Malaisie