Lady Anne à quai, nous jouons les touristes en Malaisie... L'île de Pinang et la ville de Malacca.

Les prochaines aventures de Lady Anne, il faudra les attendre jusqu'à l'été prochain avec 4 mois de navigation (de juillet à octobre) à la découverte de la côte Est de la Malaisie et des ses iles propices à la plongée.

En attendant, nous voilà de retour dans le détroit de Malacca, ce chenal commercial reliant Mer de Chine et Océan Indien, envahi de cargos, de pêcheurs et de poubelles, mais ça nous l'avons déjà dit lors de notre "premier" détroit de Malacca en novembre dernier. Peu réjouissant tout ça, mais seule route pour transiter de la côte Ouest de Malaisie et de Thaïlande à la cote Est de ces 2 mêmes pays. Avril/Mai c'est la transhumance vers le sud mais aussi la transition climatique avant la prochaine mousson et les nuits houleuses et orageuses où le sommeil est difficile succèdent à des journées de calme plat et de soleil de plomb...

Alors rien de tel que d'oublier un peu tout ça en jouant les touristes dans 2 villes Malaises que nous avions juste effleurées en novembre dernier, mais qui déjà nous appelaient à revenir... Georgetown et Malacca plus au Sud.

Ces 2 villes très marquées par l'Histoire offrent à Lady Anne de belles marinas tout confort en plein centre pour à peine quelques ringgit (la monnaie locale), marinas comme on ne peut en trouver qu'en Malaisie, l'Etat ayant décidé d'accueillir le plaisancier à bras ouverts et de le garder...

Georgetown, ville principale de la petite ile de Pinang (à peine 20kms par 10 et près d'un million et demi d'habitants), rattachée aujourd'hui à la Malaisie par un pont de 7 kms fut très prospère au début du XIXème siècle, ce qui y attira de nombreux travailleurs chinois. L'ile leur fut ensuite louée par les Anglais (qui eux préféraient Singapour); ces Chinois qui la feront fructifier.

Une ville où la population chinoise domine aujourd'hui, avec de très jolies batisses, des temples colorés, des petites rues ultra commerçantes et des marchés typiques, mais aussi un agréable quartier Indien tout en couleur et en épices. On aime à s'y balader, mais dans cette ville très active, la voiture est "Reine", elle a toutes les priorités et le piéton toujours près à se faire écraser! Dommage c'est un peu bruyant et saoulant et avant de finir entre 4 roues nous continuons vers Malacca.

Malacca, coup de coeur, la ville est très belle et le deviendra encore plus au vu des travaux gigantesques entrepris pour en faire un haut lieu touristique... Pour l'instant c'est très réussi!

Cette ancienne ville carrefour maritime entre Océan Indien et Mer de Chine où s'y sont arrêtés Portugais, Hollandais, Anglais, Chinois et Indiens a conservé aujourd'hui son caractère multiracial avec seulement la moitié de la population de Malais.

Sur notre gauche, des jeunes filles Malaises, aux chevelures voilées et qui pour ne pas laisser dépasser un cm² de peau sont vêtues comme en hiver malgré les 35°C ambiant.... juste devant elles, un groupe de "minis" chinoises dans leur "minis" shorts moulants. On tourne la tête pour apercevoir un musulman se dirigeant vers la mosquée, son habit de prière en soie et son "rumi topi" (couvre chef en feutre en forme de cone tronqué) sur la tête. Soieries, strass et dorures pour les Indiennes, et tiens celui là, il a le look Européen, un peu basané quand même et il nous annonce être Malaisien (Malais d'adoption) de souche Portugaise. Religion, ethnies et métissage, tout en mélange et en harmonie, on ne s'énerve jamais, les gens sourient, la vie est paisible et l'on flane à travers les petites rues du quartier chinois aux jolies façades colorées avec boutiques en tout genre au rez de chaussée et minuscules porches débouchant sur de luxuriants jardins. On passe la rivière et nous voilà dans le quartier historique que nous devons en partie aux Hollandais avec leurs briques rouges, mais aussi aux Portugais.

Et tous ces "tuk tuk" sorte de triporteurs inversés (2 roues derrière, 1 devant), de vrais chefs d'oeuvre décorées de fleurs artificielles, de peluches, de guirlandes clignotantes, avec la musique en prime, un vrai spectacle à eux tout seuls.

Tiens voilà 2 églises, les premières que nous voyons en Malaisie... et l'on se rapproche de la mer et des centres commerciaux "oversized". Mais l'heure tourne, les kilomètres à pied, outre d'user nos chaussures (pas grave vu le prix des chaussures ici!) nous ont mis en appétit et là ce n'est pas un problème, en Malaisie, on ne fait pas 100 mètres sans qu'il y ait possibilité de se restaurer! Mais à Malacca, les différentes ethnies en ont fait une ville aux 1000 saveurs, offrant une grande variété "gastronomique".

Aux plats malais, crevettes et calamars auxquels nous commençons à être habitués, un métissage Malais/Chinois a donné la cuisine Nyonya, un régal pour les papilles... et pourquoi pas un bon Curry (curry en Inde, signifiant plat en sauce) servi sur une feuille de bananier, une petite soupe chinoise histoire de boucher un creux et quelques tranches de canard grillé ou encore poissons et fruits de mer à la manière des anciens colons Portugais. Ici les "restos" sont toujours pleins, les autochtones se mettant à table chaque fois qu'ils ont une petite faim, nous les imitons pour quelques piécettes, à peine le prix d'un expresso en France.

Le temps passe vite, 8 jours déjà... difficile de s'en aller, il y a toujours quelque chose que nous n'avons pas visité ou que nous n'avons pas encore gouté, pour différer notre départ. Mais aucun doute, nous repasserons un de ces jours par Malacca.

Bagages et hivernage de Lady Anne sont au programme actuellement. Puis encore quelques jours de tourisme à Kuala Lumpur (la Capitale) avant de s'envoler grignoter quelques cerises en métropole.

La bise

Pascale & Patrick