Notre escale à Rodrigues

Par une nuit sans lune, Rodrigues apparaissait à l'horizon comme un dôme parsemé de lumières...

Aux premières lueurs du jour, nous entrons dans le lagon pour embouquer le chenal artificiel creusé dans le récif qui nous mène dans le bassin où nous jetons l'ancre devant la ville principale Port Mathurin.

6 heures du matin et déjà plusieurs dizaines de Rodriguais, arpentant le platier à marée basse, de l'eau à la cheville, un long bâton muni d'une fourche en main pour traquer le poulpe, que l'on appelle ici l"ourite", une spécialité locale. Les Ourites que l'on s'imagine abonder (mais pour combien de temps encore) dans l'immense lagon peu profond entourant Rodrigues quand on voit l'acharnement des Rodriguais pour le débusquer.

Un petit aperçu de l'île...

Rodrigues est la plus petite (18km par 8km) des 3 îles Mascareignes qui croiseront notre sillage avec Maurice et la Réunion;

Ses 38000 habitants, qui de par un passé riche et mouvementé, offrent un grand mélange d'ethnies dont de très jolis métissages ;

Des vaches, des chèvres, des cochons mais aussi des tortues géantes réimportées alors qu'au 18ème siècle, toutes les tortues de Rodrigues, et il y en avait des quantités incroyables, furent décimées par la main de l'homme en moins de 80 ans ;

Autonome depuis 2002 (rattachée à la République de Maurice), la langue officielle scolaire et administrative est l'Anglais, mais ici tout le monde parle Français et entre Rodriguais un créole très chantant! Agréable surprise de se voir accueillir dans notre langue qui plus est par des gens extrêmement gentils, souriants et polis malgré une paperasserie d'entrée à n'en plus finir et très procédurière.... A Rodrigues, on ne fait pas le moindre mouvement incognito!!!

Rodrigues a bien du cœur certes, mais sur Rodrigues souffle un vent qui ne semble jamais se fatiguer! Il en résulte un paysage côtier très aride qui certainement contribue à laisser l'île très en dehors du tourisme de masse avec seulement quelques infrastructures ciblées notamment à la pratique du Kite Surf (surf tractée par un cerf volant), lieu mondialement reconnue en la matière et pas étonnant vu comme ça décoiffe, ou encore propice au dépaysement total pour quelques jours. L'île est restée authentique, vivant essentiellement de la pêche dans le lagon et d'agriculture dès lors que l'on s'éloigne quelque peu de la côte en prenant un peu d'altitude (l'île culmine à 400m) et où la végétation s'installe et permet la culture de légumes comme maïs, betterave, salade, choux, tomates, courgettes...

Rodrigues ne connaît pas "encore" les méfaits de la société de consommation bien que les autorités locales nous disent s'inquiéter d'un début de changement des mentalités venu tout droit de l'île Maurice qui de par sa croissance touristique rapide n'évolue pas toujours positivement et ne transmet pas que le meilleur à la petite Rodrigues!

4 jours bien agréables où nous avons abusé de baguettes à la Française, de brioches et de pains aux raisins... et découvert outre leurs achards pimentés (préparation à base de piments natures ou associés à toute sorte de produits locaux ; piments qui de loin arrivent numéro 1 des arracheurs de tête de notre tour du monde), quelques une de leurs nombreuses façon d'accommoder l'ourite à la mode locale!

Lady Anne a repris la mer pour l'île Maurice... Après 50h de navigation on ne peut plus parfaites sous spinnaker... Maurice nous accueille pour un repos bien mérité d'une bonne dizaine de jours.

Les escales se succèdent, les récits aussi!!! A très bientôt donc pour le prochain.

Pascale & Patrick