LA NAMIBIE

Les 10 lignes pour s'instruire..
La république de Namibie se situe entre l'Angola et la Zambie au Nord, le Bostwana à l'est et l'Afrique du Sud au Sud Est.
A l'ouest elle est bordée par l'océan atlantique et 1500 kms de côtes désertiques, le désert du Namib.
Le pays a une une densité démographique parmi les plus faibles d'Afrique du à l'aridité du pays.
La Namibie colonisée par l'Allemagne puis par l'Afrique du Sud n'a accédé à l'indépendance qu'en 1990.
Outre la cohabitation de différents peuples, Les Ovambo, peuple d’agriculteurs et d’éleveurs (au nord du pays) représentent 50 % de la population namibienne. Les Européens (Afrikaners, germanophones et anglophones) constituent à peine plus de 5% de la population.
Les langues officielles sont l’anglais et l’afrikaans. 80% de chrétiens.
Première source de revenu du pays du a l'activité minière. Diamant pour les deux tiers, mais aussi l'uranium, le cuivre, le zinc et le plomb. La pêche représente aussi une importante ressource du pays. Depuis 1993, la Namibie a sa propre monnaie, le dollar namibien indexé sur le rand sud africain.

 

Nous avons quitté l'Afrique du Sud dans un brouillard à couper au couteau... 500 milles nous séparant de Ludéritz, le plus sud des deux ports existants le long de la côte de Namibie.
Malgré le plein été, nous souffrons du froid et de l'humidité ambiante, un brumisateur en continu, mais une traversée facile, tout du moins jusqu'à 6 milles de l'arrivée, ou nous nous sommes fait accueillir sans sommation par un vent à 50 nds contre lequel il nous faudra lutter presque 3 heures, à se faire rincer d'eau glaciale, pour parcourir les quelques 6 milles qui nous séparent de l'abri de la baie. Et même s'il est difficile de se concentrer sur le paysage dans ces conditions, cette arrivée sauvage et rocailleuse jusque dans le port situé au pied du gros bourg coloré de Ludéritz, au milieu du désert, offre un panorama tout nouveau et qui nous laisse admiratif.



 

Typique Ludéritz... Toute petite ville colorée, endormie et ensablée, balayée en permanence par le vent et par le sable, à l'architecture germanique, et qui doit son existence à la découverte de diamants en 1908...  elle fut prospère jusque dans les années 1950.

 

 

 

Depuis le mouillage vu sur la ville très colorée de Ludéritz.

Construction du début du siècle dernier dans un style architecture allemande de la fin du 19ème siècle.

Lady Anne au mouillage derrière un chalutier "aspirateur" de diamants. Ici il y a les pêcheurs en mer et les chercheurs de diamants en mer.

 

La ville aujourd'hui fantôme de Kolmanskop, à quelques kilomètres de Ludéritz est une ancienne cité minière installée par les Allemands en 1908 dans le désert.  A son apogée dans les années 20, époque où la mine de diamant était très prospère, jusqu'à 800 personnes y ont vécu en autonomie surveillée... Préserver le vol de diamants ayant été et étant toujours une des priorité dans les zones diamantaires  qui sont aujourd'hui encore zones interdites. La ville a été abandonnée en 1956 quand la mine ne rapportait plus assez. Les constructions sont restées, le sable s'est installé! Et c'est maintenant un lieu de visite pour les touristes.

 

 

 

 

    Nous rejoignons Walvis Bay, 250 miles plus au nord... il suffit pour cela de slalomer entre une marée noire de phoques le long d'une côte ininterrompue d'un désert de sable et de dunes, mais en prenant soin de toujours restés bien emmitouflés comme en plein hiver.
Ici, un grand port de pêche, l'unique Port de Commerce de Namibie et une zone plus sauvage où nous rencontrons de nombreux catamaran de charter qui amènent les touristes au contact des phoques, des pélicans et des flamands roses. Plusieurs corps morts (que l'on espère solide) sont plus ou moins disponibles dans la baie... on nous en recommande un où Lady Anne nous attendra 2 jours, le temps d'aller se perdre dans le désert de Namib.

 

Et voilà ce qu'il ne tardera pas d'arriver si vous laisser votre bateau trop longtemps seul a mouillage!

 

Ville de Swakopmund pas bien loin de Walvis Bay

 

    La Namibie, située sur le Tropique du Capricorne, pays peu peuplé de part son aridité et ses étendues désertiques, mais offrant des paysages somptueux et pas mal de réserves animalières. En dehors de quelques rares villes principales, une route goudronnée traverse le pays, les autres ne sont que pistes et les principales tribus représentant la moitié de la population, les Oimbas sont installées au Nord.
Un tourisme en 4X4 et nature se développe ici, généralement en combinaison avec la visite du Bostwana et de l'Afrique du Sud.

Muni d'un 4X4, version juste celui qui peut monter sur le trottoir... mais qu'il faut pousser dans le sable, nous partons à l'assaut du désert... Dans le vif du sujet dès la sortie de la ville, d'abord les dunes, le désert de sable beige, puis la piste à travers des paysages qui ne se décrivent avec des mots, des canyons, des plaines rocailleuses, des couleurs et encore des couleurs, des antilopes, des autruches et 400 kilomètres plus loin où les véhicules croisés se comptent sur les doigts de la main nous arrivons à "Solitaire", le bled du désert... la seule station service 400 kms à la ronde sur 360°, une boulangerie snack bar, et des toilettes publiques... Il restera une piste de 60 kms pour rejoindre l'entrée du Parc National de Sessriem, 60 kms où sont installés quelques fermes où les quelques touristes comme nous passeront la nuit afin de profiter du coucher du soleil sur les dunes et pouvoir se rendre dès le lever du jour dans le Parc pour profiter de la meilleure lumière et découvrir les multiples facettes du désert de Namib.

Décrire encore ne servirait à rien. On n'aurait pas imaginer que c'était aussi magique! Alors restez avec nous et venez découvrir les plus belles images du désert de Namib.....

 

 

 

 

 

 

Solitaire City, le bled du désert!

Notre lodge.... au milieu du désert

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A gauche, les Rangers... qui amènent les touristes  au coeur du désert, là où les voitures ne peuvent plus avancer. En fait, ils nous ont récupéré errant le long d'une piste, notre 4X4 ensablé ne voulant pas aller plus loin. Il avait  fallut "l'alléger" pour que Patrick, nous abandonnant a notre sort,  puisse, tout seul le ramener sur une piste un peu plus hospitalière! A droite, des touristes très équipés de camion aménagés camping car 4X4.