Les Marquises : 
- Histoire de l'Archipel
- Fatu Hiva
    - Mariage Polynésien
 
Tahiti & les Iles de la Société :
- Bora Bora
- Huahiné
- Maupiti

LES MARQUISES

L'archipel des Marquises situé entre les 7° ET 10° de latitude Sud et les 138° et 141° de longitude Ouest à environ 1400 kms au Nord Est de Tahiti. Ce sont des Iles montagneuses, hautes d'origine volcanique d'accès difficile car il n'existe pas de lagon, ni de plaines littorales.  Les Iles Marquises furent les premières îles découvertes de Polynésie par le navigateur Alvaro Mendana de Neira et son capitaine Quiros en 1595. 180 ans plus tard le célèbre navigateur Anglais COOK, fut le premier à re découvrir les Iles du Sud de l'archipel... Il y séjourna quelques jours. En 1791, le navigateur Français Etienne MARCHAND, prend possession du groupe Nord des Iles qu'il baptise les Iles de la révolution, au nom de Louis XVI ne sachant pas encore que Louis XVI était suspendu des ses fonctions! A la même époque un navigateur Américain explorait les mêmes Iles!. Aucune de ces escales ne furent suivies d'occupation permanente malgré de nombreuses tentatives. Ce n'est qu'en 1838, que des prêtes catholiques y furent déposés par DUPETIT-THOUARS, et y demeurèrent... car encore là en 1842 quand DUPETIT-THOUARS y revint pour prendre possession des Marquises au nom du roi Louis Philippe. Les Iles Marquises, déjà bien connues des baleiniers faisaient l'objet d'un véritable pillage. Après avoir failli disparaître au début des années 1900 à cause des maladies importées d'Europe, des guerres tribales entre vallées et de l'alcool frelaté qui servait de monnaie d'échange, la population Marquisienne approche à nouveau les 10000 habitants. Les Marquises furent incluses dans les Territoires français de l'Océanie en 1880 puis dans la Polynésie française en 1958.

Ile de Fatu Hiva

    La beauté de la célèbre Baie des Vierges sur l'Ile de Fatu Hiva valait bien 3 semaines en mer!!! Une baie profonde (mouillage par 20m de fond) entre des falaises découpées, des pitons rocheux, le tout avec une végétation incroyable... et un tout petit village au fond de la baie.

Nous nous baladons au milieu des arbres fruitiers et des fleurs... Citrons, Pamplemousses gros comme des citrouilles et bananes abondent et d'ici quelques mois il y aura aussi les mangues et les papayes. Les fruits ne s'achètent pas, mais se troquent... contre tee shirts, cigarettes, rouges à lèvres... Disons plus justement qu'ils nous les donnent et de notre côté, nous leur faisons de petits cadeaux en échange. Les palmes de plongée (en grand nombre sur Lady Anne après toutes ces années de charters) sont des objets d'échange très courus sur ces Iles, et s'il doit nous manquer quelque chose, ce ne sera pas les fruits!

L'alimentation de base (farine, lait, riz, pâtes, poulet, beurre...), subventionnée par l'état est très abordable. Seuls les oeufs coûtent 650 francs pièce (près d'1/2€)!!! Difficile à comprendre vu le nombre de poules sur les Iles! Ce que l'on a surtout fini par comprendre, c'est que les oeufs, ils n'ont pas le temps de les ramasser car les gamins (en abondance aussi sur les Iles!) les récupèrent aussitôt pondus pour... aller les casser sur la tête de leurs copains!!!

Il nous faudra 2 jours pour trouver la fameuse cascade de la baie de Hanavave... mais au moins nous aurons fait de belles ballades en forêts. Dur dur les courbatures... et malheureusement nos belles chaussures de randonnées n'ont pas tenues le coup, les semelles s'étant décollées après seulement 2 ballades!

Nous nous sommes aussi rendu au Village d'Omoa en dinghy. Une vingtaine de minutes vers le Sud, mais malheureusement la Baie n'est pas très bien abritée et le débarquement sur le quai fut acrobatique. Nous avons découvert les Tapas... Dessins sur des écorces d'arbres aplaties. C'est très joli ainsi que des sculptures sur bois, mais celles ci sont plus jolies à Hanavave.

On n'oubliera pas la plongée et quel bonheur d'avoir pu nager, ici à Fatu Hiva, au milieu des raies mantas qui se promènent entre les bateaux... Majestueuses "bestioles" de 2 à 3 mètres d' envergure aux loopings impressionnants!

Un matin... le village s'anime... L'Aranui 3 est attendu... L'Aranui c'est un cargo de croisières, au départ de Tahiti, avec une centaine de touriste à bord et qui fait des stops dans de nombreuses Iles de Polynésie en quinze jours et qui apporte les produits de bases ainsi que toute chose qui aurait été commandé par le village (voiture, antennes paraboliques!....) Tous les habitants se retrouvent sur le quai et réceptionne les arrivages... l'épicerie peut à nouveau remplir ses rayons!

Les touristes aussi sont attendus à terre où les Marquisiens exposent leur artisanat et font quelques démonstrations de danses traditionnelles. Ils montrent aussi comment raper le coco, faire du lait de coco, préparer du Monoï... un peu d'animation au village!

Le dernier jour, Patrick vend sa guitare au village... Une Yamaha!!! tout le monde la voulait, mais fallait voir la fierté de Serge, le premier à avoir pu trouver l'argent pour l'acheter! Nous offrons aux enfants du village (stephan, Ryan...) des palmes et tubas... nous repartons au bateau avec l'équivalent de 2 régimes de bananes, des pamplemousses, citrons et un poulet!

Pour avoir passé quelques heures chez Serge et Cathy, pour lesquels Patrick a réparer l'ordinateur des enfants, nous avons appris beaucoup sur la vie des Marquisiens.

Mariage Polynésien

A peine descendus à terre, nous voilà invités par Marie Christine, la future mariée à un mariage traditionnel pour le surlendemain...Très typique... Sympa la cérémonie "religieuse" avec chants Tahitiens et musiciens dans une petite église décorée de magnifiques présentations florales. Quant aux couronnes de fleurs qui leur servent de colliers et qui décorent leurs coiffures... c'est de l'Art!

Le sermon de Celeste, le prête qui célèbrera ces noces restera longtemps en nos mémoires.

La cérémonie fut suivie de danses tahitiennes (il nous en faudra des années avant de rivaliser avec leur déhanché et leur mouvement de fesses!!! ) ainsi que de danses guerrières et nous avons ensuite été nourris de chèvre au lait de coco, de cochon grillé, de poisson à la tahitienne que nous avons mangé... avec les doigts.

LES ILES DE LA SOCIETE

BORA BORA

Bora Bora, c'est le cliché de la Polynésie telle qu'on se l'imagine... Son extraordinaire lagon aux dégradés de couleurs... émeraude, turquoise, jade et ses eaux transparentes nous laissent admiratifs à peine franchit la passe qui permet d'entrer dans le lagon.

Située à 275 km de Tahiti, Bora Bora est une des plus anciennes des iles de la Société (environ 7 millions d'années). En fait, Bora Bora est un « presqu'atoll », à mi-chemin entre les atolls des Tuamotu (10 à 40 millions d'années) et les iles hautes comme Tahiti ou Raiatea (entre 2 et 3 millions d'années). Son immense lagon, ceinturé d'un récif très large, est coupé en un seul endroit, la seule passe qui permet d'approcher l'Ile principale.

Longue de 9 km, large de 4 km, l'ile principale est une Ile haute, avec des sommets imposants : le mont Otemanu 727 m et le mont Pahia 661 m. Le tour de l'île, 32 km, s'effectue le long d'une côte découpée sans intérêt particulier, nous l'avons fait en vélo et d'ailleurs malgré la richesse de l'Ile, la route n'est même pas en bon état! Vaitape, la capitale, n'est qu'une succession de magasin de souvenirs et de boutiques de perles. La population de 5000 habitants dont la moitié s'est installée au cours des vingt dernières années, attirée par le tourisme, est entièrement vouée à l'industrie touristique...

Le lagon de Bora Bora est trois fois plus étendu que la surface de l'Ile principale.

Bora Bora est surnommée la Perle du Pacifique... c'est vrai, elle étincelle comme un bijou... mais qui perd de sa valeur à nos yeux à cause de l' engouement touristique! Les immenses hôtels de luxe sur pilotis poussent comme des champignons, les uns à côté des autres, de plus en plus grands et luxueux empiétant sur l'eau tout autour du lagon ainsi que sur la moitié Sud de l'Ile... Les poissons aussi n'apprécient pas que les hommes construisent sur leur domaine et du coup, ils ont quitté le lagon et sont partis voir ailleurs. Il ne reste plus dans le lagon, qu'un petit "jardin de corail" où nourris tous les jours les poissons d'aquarium restent pour satisfaire les vacanciers.

Nous avons beaucoup de chance de découvrir ce paradis en saison creuse... on imagine très facilement le lagon en pleine saison touristique avec les allers/retours incessants des navettes entre les hôtels, l'aéroport, l'Ile principale, les jets skis, les activités nautiques, etc, etc... Dur Dur!!! Et encore plus chanceux de le découvrir en bateau car heureusement il reste encore quelques petits coins presque vierges que les investisseurs n'ont pas encore réussi à acheter et où nous pouvons jeter notre ancre en toute tranquillité.

Bora Bora nous a beaucoup plu... Et faut le reconnaitre, elle ne peut que plaire à tous... mais après une dizaine de jours d'exploration, nous préférons repartir vers quelque chose de plus authentique et nous avons choisi Huahiné, la plus sauvage et la moins touristique des Iles de la Société.

 

HUAHINE

Une très belle Ile à découvrir pour sa végétation et son côté préservé.  Au Nord, Faré, la ville principale est un petit bourg bien animé comme on aurait pensé en trouver plus sur les Iles de la Société. A vélo, nous découvrons une Ile très entretenue et dont les habitations locales sont pourvues de magnifiques jardins. 

 

 

MAUPITI

Maupiti nous aura impressionnée dès le franchissement de la passe... Passe que nous avons eu la chance de franchir dans de très bonnes conditions, mais qui peut devenir terrible et dangereuse par houle de Sud. A Maupiti, on y vient, mais on ne sait jamais quand on pourra repartir!

2 superbes "motu" de chaque côté de la passe, son lagon aux multiples bleus et le contraste de ces 2 montagnes...  quel cliché!

Le tour de l'Ile d'une dizaine de kms nous fera découvrir un nombre incroyable de bananiers et de manguiers...pour une île si petite! Dommage que nous arrivions après la saison des mangues (Mars).  1000 personnes vivent "paisiblement" sur cette Ile très fleurie.

L'ouest de l'Ile possède une très belle plage de sable blanc ce qui est exceptionnel dans les Iles de la Société.

2 heures de grimpette plutôt à pic nous mènent au sommet des crêtes et nous offrent une vue exceptionnelle sur tout le lagon.  Les courbatures du lendemain furent exceptionnelles aussi! 

Il y a même ici un snack très bon et à prix très corrects, ce que nous n'avions plus espoir de trouver en Polynésie. Leur Chow Mein est excellent et la Hinano (bière locale) de 50cl à 300F seulement! Nous y trouvons aussi une boulangerie, mais il faut oublier tout approvisionnement, il n'y a pas d'épicerie digne de ce nom.  On trouve plus de choses aux Tuamotu, dans des atolls moins peuplés!